Lancement de Jolly Rouge : Les Murènes reprennent la mer

Par Vanessa Cotineau

Les chants marins ont pris d’assaut le Bistro le Ste-Cath le soir du 15 décembre, alors que se produisaient sur scène les Murènes pour le lancement officiel de leur nouvel album : Jolly Rouge.

Après une introduction colorée de leurs personnages, les membres du groupe, vêtus de leurs plus beaux, ou seuls, accoutrements de pirates, ont bousculé la foule pour atteindre la scène. Ils ont alors débuté leur prestation dans l’ordre original du nouvel album.

murenes2

Pendant six ans, les fans ont attendus cet instant de délivrance musicale. Assoiffés de nouveauté, ils ont bu les paroles des Murènes comme de l’eau – ou du rhum – et se sont laissés transporter par leurs chœurs grivois et flibustiers. Certains, qui ont eu le privilège d’accéder au nouvel album en prévente ou d’assister à des spectacles où les nouvelles chansons étaient présentées, étaient déjà en mesure d’accompagner les chansons du groupe.

À l’instar des Beatles, le public parvient même à enterrer les musiciens qui, en contrepartie, s’amusent à modifier le rythme pour les confondre, n’hésitant pas à narguer ses fans. Le groupe est cependant loin d’en prendre ombrage : « C’est tellement long faire un album, de partir de la page blanche à une chanson complète », raconte Jean-François Taillon, mieux connu par ses fans sous le nom du Capitaine Jean-Baptiste Dutillac. « Mais de voir ensuite les réactions, surtout lorsqu’on est sur scène, de voir les gens chanter, c’est très valorisant. »

L’inspiration pour l’album Jolly Rouge est venue de plusieurs façons. Jean-François Taillon explique que de nombreuses chansons sont inspirées de leur vie de tous les jours, mais toujours par l’entremise de métaphores. La chanson Grand Chien, par exemple, est un hommage à un ami décédé pendant l’écriture de l’album. « On voulait écrire une chanson pour lui, » explique le Capitaine.  « C’était un gars qui jouait du bodhran et qui aimait la pop celtique. On voulait que cette chanson soit dans son style, qu’elle soit une allégorie sur lui. »

Un concours, lancé il y a quelques années pour recevoir des idées des fans, a également inspiré la création de Monstres et Mégères et de Jolly Rouge. « Ce n’est pas que les autres idées n’étaient pas bonnes, explique Jean-François Taillon, mais ce sont des défis qui nous ont vraiment allumé Frédéric Laberge (Amadeo de Croquevisse) et moi. » Il ajoute que le titre de l’album avait été choisi bien avant que la chanson Jolly Rouge n’ait été écrite, parmi les dernières et, vue la réaction du public, parmi les plus populaires.

murenes3

Au début du spectacle, les Murènes ont justifié les six ans entre les deux albums comme une période d’aventures et de projets de pirates ayant échoué, les obligeant à revenir se prostituer sur scène. Jean-François Taillon raconte une autre version : «  Quand tu passe deux ans à rouler sur les mêmes chansons, à un moment donné tu as moins d’appels, parce que les gens ont vu ton spectacle. Ils attendent un nouvel album. Mais la vie fait en sorte qu’on ne peut pas être à temps plein là-dessus. » Il ajoute qu’un différend avec Francis Désilets (Muguet) a aussi entraîné ce dernier à quitter le groupe, pour revenir un an plus tard. « On était content de le ravoir, » dit-il.  « On est entré dans une grosse phase de création, mais ça reste très long à temps perdu. »

murenes4

Les Murènes ont profité de la soirée du lancement de Jolly Rouge pour remercier ceux et celles qui ont participé à la campagne de socio-financement pour la création de l’album. «  Pour le premier album, raconte le Capitaine, on avait reçu une subvention du Conseil des arts et lettres du Canada. Les subventions, c’est bien, mais ça revient souvent aux mêmes. Alors, on a décidé de demander à nos fans, qui attendent un nouvel album depuis près de six ans, s’ils étaient prêts à l’acheter en prévente. Ça a été super populaire. » Le groupe compte reprendre la formule pour son prochain album et espère que cela lui permettra de ne plus avoir à garder ses fans en otage pour un autre six ans.

0 214