Taverne cover

Mon aventure à la Soirée festive: Boucaniers, Corsaires, Pirates en Port-Aux-Lions

Par Iris S. Tremblay

11 février 2017 — Il fait un froid de canard dehors, mais rien n’empêchera les pirates de se rendre à leur banquet. L’appel de la soirée festive et d’une bonne bouffe est plus fort que tout.

Taverne 1

Arrivée au Pub le Cerbère, il faut gravir les escaliers avant d’entrer dans l’antre de la bête. Une fois parvenu à destination, je tombe sur le maire de Wolfencrow qui contrôle les entrées afin de recevoir son dû pour la participation au banquet.

La pièce où je me trouve est plongée dans la pénombre. Je suis parmi les premiers arrivants. En attendant le reste de la horde des flibustiers, je sympathise avec certains ressortissants des mers. Peu à peu, la pièce se remplit de personnages, parfois rassurants, parfois inquiétants. Le hall est à présent plein et les ventres commencent à gargouiller.

Nous sommes alors invités à passer dans une autre salle pour aller nous sustenter. Je m’engouffre donc dans un couloir, pour y découvrir une pièce bien éclairée, meublée de belles tables de bois et de confortables fauteuils verts capitonnés. Les murs sont parsemés de différentes armoiries.

Taverne 2

Je m’assois et découvre le menu. Les plats semblent plus savoureux les uns que les autres. Peu après avoir parcouru le menu avec appétit et passé ma commande, je vois quelques pirates à l’air peu commode suivi d’un pauvre hère tenant un petit baril, entrer dans la salle.

Taverne 3

Un corsaire se présente, l’amiral Ruan Ramirez déclare que l’homme enchaîné est en fait James Crow et que suite à sa trahison, celui-ci lui sert de protection personnelle. Il le fera sauter en cas d’attaque. Cette proclamation provoque des salves de protestation parmi les convives. Certains réclament le condamné pour leur équipage.

C’est dans ce climat tendu que Ruan Ramirez nous souhaite la bienvenue et annonce que de nouvelles cartes maritimes seront mises aux enchères durant la soirée.

Sur ce, l’entrée du festin nous est servie et l’atmosphère redevient tout de suite conviviale. Pendant que je déguste mon plat, je vois des capitaines qui vont de table en table afin de récolter des enchères pour leurs cartes. Les gens de ma table ne disposant malheureusement pas de moyens suffisants sympathisent tout de même avec ces joyeux lurons.

Taverne 4

Une fois l’entrée achevée, l’attente commence pour le plat de résistance. C’est alors que je remarque que la salle s’est peu à peu vidée. Curieuse, je me demande alors où sont passés tous les écumeurs des mers. Je décide donc d’aller jeter un coup d’œil à la première pièce et là je les vois tous réunis à discuter aux tables. Ils étaient occupés à faire des négociations pour leurs prochaines expéditions maritimes.

Taverne 5

Du coin de l’œil, je perçois des mouvements dans le couloir. Au joie! C’est le repas qui vient de faire son apparition. Je retourne donc dans la salle du banquet. Je suis bientôt suivie par les autres convives. Eh oui, ne jamais sous-estimer l’appel du ventre chez les pirates toujours prêts à faire bombance. Le plat principal et le dessert furent tout aussi appréciés. Le reste de la soirée s’est déroulé dans une joyeuse ambiance sous les discussions animées des participants.

Taverne-6

La soirée pirate annuelle à Arkadia est une tradition depuis quatre années. Pour Carl Jacques, le fondateur du GN, la thématique pirate offre un côté libre et festif. Les événements pendant la saison morte permettent aux joueurs de se retrouver.

J’ai fait deux heures de route aller-retour pour cette soirée et je ne le regrette pas. Participer à des événements hors-saison est aussi amusant que faire des GN. Et vous, aimez-vous prendre part à des veillées pendant la saison morte?

www.arkadiamedieval.com

 

1 338

One thought on “Mon aventure à la Soirée festive: Boucaniers, Corsaires, Pirates en Port-Aux-Lions

  1. Erick Daignault il y a 9 mois

    Écriture solide certes, mais un peu tristounette. Le format compte-rendu ne communique pas la saveur de l’événement. C’est un peu dommage. Un peu de style aiderait le lecteur à se rendre à la fin du texte sans effort. Je dis ça comme ça, mais les lecteurs sont peux nombreux en 2017, la paresse médiatique est reine chez les spectateurs. En espérant que mes quelques mots seront perçus de manière constructive. :)